Vous aimez ce projet ? Partagez-le :
Pinterest Facebook Tweeter Google+ Tumblr

Anciennes écuries des ardoisières Trélazé
Maine-et-Loire | Pays de la Loire

© Ville de Trélazé
Ville de Trélazé

La ville de Trélazé s’appuie sur son riche patrimoine industriel pour développer son offre culturelle et s’est engagée plus spécifiquement dans la promotion de l’art contemporain. Elle dissémine sur son territoire des sculptures pérennes et pratique une politique d’acquisition d’œuvres et de commandes très volontariste.

Depuis 1996, la ville présente sa collection et organise des expositions aux écuries de Trélazé, ensemble de bâtiments construits à la fin du XIXe siècle en plein cœur de son site de production ardoisier. Ils servaient initialement d’écuries aux chevaux chargés de transporter les wagonnets au fond de la mine et entre les différents ateliers de transformation de l’ardoise. L'ensemble est construit en schiste et couvert d’ardoises. Il est composé de trois bâtiments accolés, résultant sans doute d'extensions successives. Chacun des bâtiments avait une fonction spécifique: l’écurie proprement dite avec les stalles pour les chevaux, une zone de déchargement comportant un chemin de fer en partie centrale, et une zone de stockage des remorques et du matériel roulant propre à l’exploitation ardoisière.

Ces écuries sont les témoins du riche passé industriel de Trélazé. En 1406, la carrière de Tire Poche (première connue dans la région) ouvre dans la commune, suivie par celle du Bouc Cornu en 1457. Elles produisent une excellente ardoise choisie plus tard pour couvrir les toits du château de Chambord. Au fil des ans, les carriers creusent plus de 30 carrières.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, Trélazé reste un gros bourg mi-ouvrier mi-paysan. Le développement de l’industrie ardoisière avec ses nouvelles méthodes d’exploitation, et l’établissement d’une manufacture d’allumettes en 1864, appellent une main d’œuvre nouvelle. À partir des années 1960, la crise frappe de plein fouet les deux pôles industriels de la ville : licenciements massifs aux ardoisières jusqu'à l'arrêt de la production en 2013, et fermeture de la manufacture d’allumettes, alors première au niveau national en terme de production.

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Anciennes écuries des ardoisières Trélazé
Maine-et-Loire | Pays de la Loire

Malgré plusieurs séries de travaux réalisées par la commune, le bâtiment principal des écuries souffrait de risques majeurs de dégradation.

Grâce au mécénat de la Fondation Total, la Fondation du patrimoine a apporté un soutien de 100 000 euros à la commune qui a lancé en 2012 des travaux de restauration sur l’édifice. La couverture a été refaite en ardoise du bassin ; des aménagements muséographiques ont été réalisés afin de transformer le lieu en centre dédié à l’art contemporain. De plus, les conditions de conservation des œuvres exposées et d’accueil du public ont été améliorées.

Le site restauré a été inauguré le 10 octobre 2013.

 

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Anciennes écuries des ardoisières Trélazé
Maine-et-Loire | Pays de la Loire
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Anciennes écuries des ardoisières Trélazé
Maine-et-Loire | Pays de la Loire
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
TumblrPubliez un billet sur
votre blog
Mentions légales