Vous aimez ce projet ? Partagez-le :
Pinterest Facebook Tweeter Google+ Tumblr

Maisons partagées Simon de Cyrène Rungis
Val-de-Marne | Ile-de-France

© Fédération Simon de Cyrène
Ferme avant rénovation

Au moyen âge, le village de Rungis appartenait à l’abbaye Sainte-Geneviève et au chapitre Notre-Dame. Jehan de Blois, chanoine de Paris, y fit construire une belle demeure dont il reste des murs massifs flanqués de contreforts et percés de meurtrières que l’on peut encore apercevoir depuis la rue du Belvédère, à l’arrière de la chapelle. Elle fut vendue comme biens nationaux le 27 janvier 1792. La ferme et ses 300 hectares passent alors définitivement dans des mains laïques.

L’un des propriétaires illustres fut Cambacérés, un neveu du deuxième consul sous Napoléon qui fut rédacteur du code civil. Il entreprit de gros travaux dans la ferme et notamment la construction d’une grange dont on observe un pignon en pierre donnant sur la rue Notre-Dame. Un buste en marbre de Cambacérés a été retrouvé derrière la ferme dans l’étang du parc, aujourd’hui comblé.

Au XIXème siècle, la ferme devient la propriété de la famille Coquillard dont l’une des filles épouse Achille Thirouin, qui possédait une ferme à Lisses. Achille Thirouin devient ainsi le propriétaire de la ferme. De cette union naquirent deux enfants dont Marcel Thirouin qui reprend la direction de la ferme, son autre frère s’occupant de la ferme de Lisses. La ferme était la plus importante de Rungis car elle comptait 20 chevaux menés par 4 charretiers. On compte une bergerie, des granges et des bâtiments de ferme dont l’un, fortifié, date du XIIe siècle. A la fin du XIXe siècle, la ferme était équipée de sa propre forge et d’un bâtiment d’habitation. L’exploitation comptait 230 ha de terres agricoles.

Le couple Thirouin n’ayant pas eu d’enfants, Mr Marcel Thirouin donne en 1952 une partie des bâtiments de sa ferme à une communauté bénédictine installée à l’Hay-les Roses pour en faire un noviciat. Le bâtiment d’habitation fut transformé en prieuré (prieuré Saint-Grégoire) et la bergerie devient une chapelle.

Le prieuré avait servi de refuge dans les années 1970-1980 aux jeunes vietnamiens  rescapés de la guerre du Vietnam et regroupés dans l’association Enfants du Mékong.

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Maisons partagées Simon de Cyrène Rungis
Val-de-Marne | Ile-de-France

Afin de préserver les bâtiments anciens datant du 12e siècle, fortement dégradés, et leur donner une seconde vie, l’Association Simon de Cyrène a choisi de lancer les travaux de restauration en juillet 2015. Ces derniers s’intègrent dans un projet global : rénovation des bâtiments anciens et construction de bâtiments neufs.

Les travaux menés sont les suivants :

  • Remplacement de tous les éléments vétustes de la charpente ancienne
  • Remplacement de la couverture en tuile et en ardoise
  • Repiquage des enduits anciens et rejointoiement des pierres apparentes à l’enduit de chaux
  • Reprise des linteaux et modénatures qui encadrent les ouvertures
  • Renforcement ou moisage des poutres bois existantes des planchers
  • Reconstitution des planchers par bac acier et remplissage par chape béton
  • Renforcement des charpentes et planchers par projection coupe-feu
  • Remplacement des gouttières et des descentes d’eau en zinc
  • Réparation des garde-corps en fer forgé et les éléments de remplissage en fonte moulée des fenêtres et selon localisation remplacement par éléments en verre feuilleté
  • Traitement des joints au mortier de chaux de certaines maçonneries intérieures dont l’appareillage et la pierre méritent leur conservation en l’état.

En 2017, ces lieux accueilleront 59 personnes valides et handicapées (5 appartements partagés). Depuis plusieurs années, l’Association Simon de Cyrène développe des appartements et maisons partagés : des maisons à taille humaine, en centre-ville, où habitent ensemble personnes valides et handicapées. Cette vie partagée se répartie entre espaces de vie personnel (studio) et espaces de vie communs propices au « vivre ensemble » (grands salons-salle à manger-cuisine, salles polyvalentes…). Ces appartements partagés permettront aux personnes devenues handicapées en cours de vie (suite à un accident de circulation, sport, AVC, traumatismes crâniens …) d’habiter chez elles sans être seules et ainsi bénéficier de l’accompagnement nécessaire.

Grâce au mécénat de la Fondation Total, la Fondation du patrimoine apporte un soutien de 50 000 euros au projet.

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Maisons partagées Simon de Cyrène Rungis
Val-de-Marne | Ile-de-France
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Maisons partagées Simon de Cyrène Rungis
Val-de-Marne | Ile-de-France
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
TumblrPubliez un billet sur
votre blog
Mentions légales