Vous aimez ce projet ? Partagez-le :
Pinterest Facebook Tweeter Google+ Tumblr

Usine Leroy à Saint-Fargeau-Ponthierry Saint-Fargeau-Ponthierry
Seine-et-Marne | Ile-de-France

© Guillaume Ledun / L'Œil a? Me?moires
Salle des machines avant restauration

Fondée à Paris en 1842 par Isidore Leroy, la manufacture de papiers peints Leroy est à l’origine de nombreuses innovations techniques dans le domaine de l’impression mécanique du papier peint et a toujours porté ses efforts sur la qualité de sa création artistique.

Fort des innovations techniques d’Isidore Leroy, le papier peint devient, les décennies suivantes, un « art industriel ». La manufacture de papier peint Isidore Leroy est, à l’aube du XXe siècle, l’une des plus importantes fabriques de papiers peints françaises.

En 1914, l’installation de l’usine à Ponthierry, à la suite de l’expropriation de l’usine parisienne, est un tournant majeur pour la fabrique. L’architecte Paul Friesé est choisi pour construire sur un vaste terrain entre voie ferrée et Seine, une usine s’inspirant des modèles américains, qualifiée « d’usine modèle et moderne », de « Creusot du papier peint », offrant des espaces vastes pour chaque étape de la fabrication du papier peint. À la même période, Maurice Isidore Leroy accompagne l’installation de l’usine d’une politique paternaliste et fait construire 144 maisons pour ses ouvriers, une petite cité pour ses cadres, une société de secours mutuels, une coopérative alimentaire et un dispensaire, ancien hôtel destiné à loger les ouvriers célibataires.

À partir des années 1920, la production de papiers peints ne cesse de s’accroître, la période de la Seconde Guerre mondiale restant un moment difficile.
Au début des années 1950, Leroy revient sur le devant de la scène et la marque devient, à l’aube des années 1970, leader sur le marché français du papiers peints (en 1974, 18 millions de rouleaux de papiers peints sortent annuellement de ses ateliers). La crise pétrolière, une baisse des ventes, des choix artistiques et commerciaux discutables, mènent l’entreprise à la faillite. L’usine Leroy ferme définitivement ses ateliers en 1982 après plusieurs années successives de pertes.

Quelques années plus tard, la commune réhabilite le site en Centre Culturel des 26 couleurs, afin de le préserver dans la durée.

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Usine Leroy à Saint-Fargeau-Ponthierry Saint-Fargeau-Ponthierry
Seine-et-Marne | Ile-de-France

Suite à l’inauguration du Centre Culturel des 26 couleurs le 24 juin 2011, soutenu à hauteur de 300 000 euros par la Fondation du patrimoine, grâce au mécénat de la Fondation Total, une dernière phase de valorisation de l’ancienne usine a été mise en œuvre, à savoir la mise en lumière du site, ainsi que l’aménagement des ses abords et une ouverture sur la Seine. La Fondation du patrimoine, grâce au mécénat de la Fondation Total, a apporté un soutien de 100 000 euros aux travaux qui se sont achevés en janvier 2012.

Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Usine Leroy à Saint-Fargeau-Ponthierry Saint-Fargeau-Ponthierry
Seine-et-Marne | Ile-de-France
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
Publiez un billet sur
votre blog
Usine Leroy à Saint-Fargeau-Ponthierry Saint-Fargeau-Ponthierry
Seine-et-Marne | Ile-de-France
Publiez ce projet sur
votre mur Facebook
Tweetez ce projet dans
votre fil d'actualité
Partagez ce projet
pour le faire connaitre
Epinglez ce projet
sur votre tableau
TumblrPubliez un billet sur
votre blog
Mentions légales